Accueil » Conseils pour travailler a domicile, Réussir son lancement

Les 8 pires moments chez un indépendant


La vie d’entrepreneur est faite de bons moments, mais elle peut aussi nous réserver le pire. Petit aperçu des 8 pires moments de la vie d’un indépendant.

Moment n°1 : Décevoir un client

L’une des priorités des entrepreneurs est de satisfaire ses clients par la qualité de ses produits ou services, par les conseils qu’il lui apporte ou encore par le sens du contact dont il a su faire preuve.

Lorsque cette condition n’est pas remplie, ne serait-ce qu’une seule et petite fois, rien ne va plus et on ne sent terriblement seul. Il peut bien sûr s’agir d’un client acariâtre à qui de toute façon rien de plaît, mais voyez-vous en tant qu’indépendant, même ceux-là on veut les dompter et les voir sourire. Moralité, quel que soit le client que vous avez en face de vous ou au bout du fil, faites toujours votre maximum pour le satisfaire, car la mauvaise publicité galope plus vite que la bonne !

Moment n°2 : Se faire arnaquer

La chose est fort heureusement peu fréquente, mais l’entrepreneur peu attentif peut facilement tomber dans toutes sortes de pièges qui feront de sa vie un cauchemar.

Qu’il s’agisse d’envoyer un chèque à une société bidon qui s’est faite passer pour votre organisme de retraite, ou encore de ne pas être payé par un client malhonnête, vous pouvez tous un jour ou l’autre tomber entre les griffes d’un escroc sans scrupule. Alors méfiance !

Moment n°3 : Ne pas avoir de clients

Et si le pire cauchemar de l’entrepreneur était de ne pas avoir de clients malgré ses efforts. Effectivement qui a-t-il de plus démotivant et de plus rageant que d’attendre qu’un client se présente ? Comment ne pas être en colère quand notre travail n’est jamais récompensé ? Même si cela est énervant, accrochez-vous et poursuivez vos efforts qui paieront certainement un jour.

Moment n°4 : Se tromper de destinataire en envoyant un mail injurieux

Que celui qui ne s’est jamais trompé de destinataire en envoyant un mail sous le coup de la colère se dénonce ! Nous sommes nombreux à avoir fait cette terrible erreur et pire encore à avoir envoyer le mail en question à la personne contre qui nous avions des griefs. La question est alors : comment rattraper le coup pour ne pas perdre son client en plus de sa crédibilité ?

Moment n°5 : Faire l’objet d’une mauvaise réputation

À l’ère du tout numérique, tout va vite, très vite, y compris une mauvaise réputation. En effet, sans qu’ils ne sachent pourquoi, ni comment ils en sont arrivés là, des entrepreneurs se retrouvent avec une affreuse réputation. N’arrivant pas à s’en défaire, elle nuit à leurs affaires et détruit toute crédibilité. Un moment affreux à passer et à surmonter.

Moment n°6 : Se rendre compte que l’on s’est trompé de projet

Une fois l’entreprise déclarée, certains se rendent compte qu’ils se sont tout bonnement trompés de projet. Le cas est rare, mais cela peut arriver. Alors que faire : continuer sur la mauvaise voie pour ne pas passer pour un imbécile aux yeux de son entourage ? Tout arrêter et repartir sur quelque chose qui nous correspond plus ? Une décision qu’il est utile de mûrir avec ses proches pour ne pas se tromper une seconde fois.

Moment n°7 : Mettre sa famille dans une situation financière difficile

Comment se sent un entrepreneur qui a lancé son projet et qui, faute de clients, met à mal les finances de la famille ? Mal assurément. Mettre en péril l’équilibre financier d’une famille est une sensation très difficile à supporter, car se mêlent culpabilité et honte. Pour s’en sortir, les solutions ne sont pas multiples : patienter au risque de plonger plus encore dans l’endettement ou chercher une solution plus stable.

Moment n°8 : Être obligé de renoncer

La décision de tout arrêter doit être l’une des pires à prendre pour un indépendant. Monter une entreprise demande une telle énergie, un tel investissement, qu’il faut une bonne dose de courage pour mettre fin à cette belle aventure. Or, parfois, c’est l’ultime solution, celle qui pourra nous sauver de bien des malheurs.

Et vous, quel a été le pire moment de votre vie d’indépendant ?

Emmanuelle COLLIN – Virtual Papyrus

Emmanuelle Collin


GD Star Rating
loading...
Les 8 pires moments chez un indépendant, 5.0 out of 5 based on 2 ratings

Votre avis nous intéresse !

14 réactions sur “ Les 8 pires moments chez un indépendant ”

  • dit :

    Je me reconnais dans pas mal de points :-)

  • dit :

    Salut Emmanuelle,
    la 8 assurément, renoncer même que temporairement ! car une fois que cette décision est prise, reprendre l’aventure devient le parcours du combattant ! :-(
    Sophie

  • dit :

    Le pire moment, c’est quand je suis devant tout le travail à accomplir, je ne sais plus par quel bout commencer… je vis alors un grand moment de solitude jusqu’au déclic,je visualise alors « mon organisation » et je démarre mes actions tambour battant pour avancer… si ces périodes « de creux » se renouvelaient trop souvent , ce serait vraiment difficile à gérer!

  • dit :

    Coucou Emma, très bon article ! Pour moi, le pire c’est le 1 (j’ai eu la chance de ne pas connaître les autres pour l’instant…). Quand ça arrive je me sens mal, mais mal. Et j’essaye de tout faire pour corriger même si parfois c’est trop tard. Après, il faut remonter la pente et généralement les confrères et consoeurs sont de précieux soutien !
    Bises
    Morgane

  • dit :

    Je n’ai pas encore vécu les 8 points et je ne l’espère pas les vivre tous un jour!…Mais pour le moment le pire reste le 3 (l’angoisse de l’agenda vide!)et le 2 que j’ai testé récemment! ;)

  • dit :

    J’ai déjà connu quelques points ms le plus récent est le 1 et je m’en veux encore!

  • dit :

    Bonjour
    Pour moi la pire situation c’est le 3, tout part de là et si tu n’a pas de clients, l’entreprise n’existe pas !
    Decevoir un client, cela arrive car on ne peut pas satisfaire tout le monde.
    Se faire arnaquer, cela peut arriver et cela commence par un client qui te donne un chèque sans provision tout en ayant conscience qu’il ne peut pas, pour le moment je ne l’ai pas vécue.
    La réputation, sur internet, on ne peut rien contre un commentaire mais aux gens de peser le pour et le contre et puis un livre d’or de clients c’est un plus.
    Le 8, oh j’espère de tout mon coeur ne jamais avoir à le faire.

    Bonne journée

  • dit :

    Lol, il n’y a que le 4 qui ne m’est jamais arrivé et cela ne m’arrivera jamais, je ne perds pas mon temps à faire ca :)

  • dit :

    Bonjour,

    Au même titre que Floriane, le pire que j’ai testé au démarrage de ma propre aventure : le manque cruel de clients. Passage peut être obligé au début, et là, il ne faut surtout pas désarmer, s’accrocher et chouchouter parfaitement les premiers clients tant attendus !

    L’aventure entrepreneuriale est une aventure faite de haut et de bas, mais globalement, on s’enrichit d’expériences et la vie de chef d’entreprise est très épanouissante !

    Au plaisir d’échanger avec vous.

    Ava.

  • dit :

    Points 1, 2 et 3 faits! Lol

    Pour les défauts de paiement, malheureusement, on n’est jamais à l’abri. On ne peut jamais s’assurer de l’honnêteté de chaque client, et d’ailleurs en ce qui me concerne j’ai travaillé des mois avec ces clients sans souci, jusqu’au jour où… Depuis, j’ai décidé d’exiger un acompte substantiel (30% ce n’est pas assez, 50% est un minimum) et d’être moins sympa sur les délais de paiement.

    Décevoir un client n’est pas la mer à boire si on rattrappe le coup rapidement. Proposer de refaire le travail gratuitement s’il n’est pas satisfait ou une remise sur la facture ou encore sur le prochain contrat. Tout dépend du cas de figure.
    Si l’on est réellement en tort, il faut se démener pour satisfaire le client. Si c’est juste une queston de caractère, alors un simple geste commercial peut suffire.

  • dit :

    Depuis 18 ans, j’anime une association loi 1901 pour les personnes isolées ( non mariées de préférence ) en organisant des loisirs de qualité et en favorisant les rencontres. Mon pire moment de tout ce parcours , c’est d’avoir mesuré l’incompréhension des responsables de la Mairie de Neuilly sur Seine ( l’association est domiciliée à Neuilly sur Seine ) auxquels je demandais d’accéder au Forum des associations organisé une fois par an ou de déposer des documents à la Maison des associations pour informer les habitants de Neuilly sur Seine sur les activités de l’association . Lorsque je compare tous mes efforts pour développer cette association à but non lucratif et ce refus d’accompagner par des moyens appropriés cette initiative , je ne comprends toujours pas les arguments qui m’ont été avancés .

  • dit :

    Bonjour Emmanuelle, et tous les lecteurs de ce fil de discussion,
    Le pire selon moi c’est le paradoxe entre :
    - quand j’ai trop de charge de travail d’un coup, j’ai l’impression que je vais faillir (peur de craquer)
    - et quand je n’ai plus de client, je désespère de devoir renoncer (je regrette alors la période « trop de boulot »).
    En résumé, les montagnes russes de l’activité indépendante représentent une situation difficile à gérer… Comment le vivez-vous ?
    Bonne continuation !

    Florence

  • dit :

    [...] on http://www.travailler-a-domicile.fr PartagerShareFacebookTwitterLinkedInGoogle +1TumblrEmailPinterestDiggRedditStumbleUponPrintJ'aime [...]

  • dit :

    J’ai vécu les étapes 1 2 3 et 8

    Alors vient le doute de savoir si on est fait pour quelque chose